le chemin des Fontaines …

Nous avons à notre disposition un chemin de promenade, réservé aux piétons et aux cyclistes, détourné de sa fonction première et ou la nature s’exprime avec bonheur…    Au 19e siècle pour alimenter la ville en eau, 8 km de conduite souterraine sous le “chemin des Fontaines , les anciens filtres, opérationnels jusqu’aux années 1980. :

En effet lors de la mise en place, en 1863, de la conduite d’eau qui va amener l’eau de la rivière “Agout” (qui voulait dire à bon goût)   jusqu’aux fontaines publiques de Castres qu’est créé ce chemin à l’aplomb de la canalisation. Jusqu’alors et depuis des siècles, les habitants puisaient directement l’eau dans la rivière grâce aux «  puisoirs  » situés sur les quais (Carras, pont neuf…) ou bien dans les fontaines telles que SaintRoch ou fontaine Corbière.

À partir des années 1800, l’industrie des tanneurs grandissant, et la pollution avec, la situation sanitaire se dégrade et les épidémies se succèdent. D’autant que tous les égouts sont rejetés à la rivière. Un service de porteurs d’eau, qui vont la puiser plus en amont  pour la vendre en ville, existe en 1860 mais reste bien insuffisant et réservé à une petite part de la population. C’est le maire de 1861 à 1871 Louis Alquier-Bouffard qui va lancer la construction du premier réseau d’eau potable, confiée à l’ingénieur Hippolyte Oulmière. Le captage se fait en amont de Burlats, puis une galerie souterraine de huit kilomètres en rive gauche amène l’eau jusqu’à la ville. Plusieurs ouvrages d’art, toujours existants, sont réalisés : tunnel creusé dans la roche, ponts sur les nombreux petits ruisseaux traversant, aqueduc pour franchir le Lézert ( petit ruisseau parfois capricieux). Le chemin des Fontaines a alors pour vocation la surveillance et l’entretien de l’ouvrage. On est encore bien loin de l’eau courante au robinet : l’idée est d’alimenter des fontaines publiques, dont la première et principale, celle de la place Jean-Jaurès (qui s’appelait alors place Impériale, Jean Jaurés 1859-1914 qui etait encore un petit garçon n’avait pas fait parlé de lui) sera créée pour l’occasion.

Progressivement, le réseau s’étend à partir du château d’eau situé avenue du Sidobre, et presque toutes les rues sont dotées de leur fontaine. Il faudra attendre le début du 20e siècle pour que soit modernisée la station de filtrage à l’endroit du bien nommé Rond-point des filtres.

Voici en quelques photos une petite balade , pour découvrir une partie de la flore de ce lieu…

sous le couvert des arbres, débute la balade…

feuille d’automne et gouttes de rosée…

petits champignons à l’asseau d’un arbre, déjà colonisé par une belle et douce mousse des bois …

petits champignons tu disais ..? cela sont presque du registre microscopique…

encore des champignons, très curieux et pas mal complexes…

de la mousse, d’un vert printanière, en ce mois de Novembre…

et les fougères accrochées au minéral…

il y avait avant l’attaque d’un papillon venu de chine, aux chenilles voraces et gourmandes, des Buis plus que centenaires, en deux étés elles ont tout mangées, mais la mousse à recouvert les branches mortes des arbres…

presque une forêt sur le bort du chemin…

et en bas tout du long coule la rivière…

 

 

 

0 comments on “le chemin des Fontaines …Add yours →

Laisser un commentaire